20110628-sonik-6894

Bienvenue sur mon site

A la question de savoir qui je suis, je réponds - un Polonais, né à Cracovie et socialement façonné par l'expérience du communisme et du combat contre ce régime. Professionnellement, je suis un homme politique, député, représentant au Parlement européen de la Petite Pologne et de la voïvodie de Sainte-Croix.

Commençons par le début. Je suis né en 1953 à Cracovie, d’une mère montagnarde, et d’un père qui combattit pendant la guerre dans les Bataillons paysans, d'ailleurs, un proche de l'évêque célèbre de Kielce, Franz Sonik.

Dans les années soixante-dix, j'ai commencé mes études à l'Université Jagellonne. C'était un moment très important pour moi. J'étais alors lié à l’aumônerie universitaire « Le tonneau » des pères dominicains. J’ai travaillé aussi pour le Comité de Défense des travailleurs (KOR). L’époque de la clandestinité de jeunesse a pris fin avec l'assassinat de mon ami Staszek Pyjas. Avec d'autres amis de l'opposition, nous avons fondé le Comité estudiantin de la Solidarité (le « SKS »). La mort de Staszek a été pour moi un défi, une expérience importante. La création du SKS a été pour nous une façon de faire comprendre aux autorités que nous ne nous laisserions pas intimider. Jusqu’à 1982, j'ai assumé les fonctions de vice-président du conseil d'administration de la Région Małopolska "Solidarność", j'ai aussi été président de la délégation de Małopolska au Ier Congrès national du syndicat autonome. J’ai été interné le premier jour de la loi martiale. En 1983, j'ai commencé à travailler à la maison d’édition « Znak ». Avec quelques amis nous avons fondé une revue socio-culturelle « Arka » éditée grâce au système clandestin de circulation.

Alors que j’étais encore étudiant, j’ai épousée Liliane (née Batko). Fonder une famille représentait alors pour moi quelque chose de plus qu’une décision de vivre avec la personne bien-aimée, c’était une façon d’oublier tout ce qui se passait autour de nous. Nous avons deux enfants, aujourd’hui adultes : une fille prénommée Janeczka et un fils qui s’appelle Jacek.

En 1983, je me suis rendu à Paris. Je croyais partir pour six mois. La police secrète voulait se débarrasser de moi pour de bon, mais j'ai refusé. Mais quand ma famille m’a rejoint, nous nous sommes tout de même installés pour plus longtemps et engagés dans les activités politiques locales. J’ai également travaillé comme journaliste pour la Radio Free Europe et la BBC. Nous avons passé plus de dix ans à Paris. Après la chute du communisme j’ai été nommé directeur de l'Institut polonais à Paris.

En 1996, après mon retour à Cracovie, je me suis engagé dans les affaires relatives à l’autonomie locale (j’ai été entre autres président de la Diétine régionale de Małopolska (la Petite Pologne)). Plus tard j’ai été nommé au poste de directeur du Programme européen Capitale européenne de la Culture – Cracovie 2000. En l’an 2000, les événements qui accompagnaient l’octroi du titre de Capitale européenne de la culture à la ville de Cracovie, a été le point culminant de quatre années de travail. J’ai fondé l’association « Mai 77 », que je préside jusqu’à aujourd'hui, et dont la vocation est de rappeler ce qui s'est passé en Pologne avant la chute du communisme.

En 2004, j’ai été élu pour la première fois député au Parlement européen. Cinq ans plus tard, les électeurs m’ont une nouvelle fois honoré de leur confiance.

Et qu’est-ce que je fais de mon temps libre? Je le passe en famille et avec des amis, je fais des randonnées à la montagne, je lis, je promène mon chien adoré, Paris.